À propos de la Mastocytose Systémique Indolente

La mastocytose est une maladie rare caractérisée par la prolifération et l’accumulation de mastocytes dans divers tissus, provoquant une grande variété de symptômes cliniques. La mastocytose systémique indolente, y compris la sous-variante de la mastocytose systémique de type « smouldering », est un état permanent associé à une qualité de vie réduite.

La mastocytose peut être classée en deux catégories : la mastocytose cutanée et la mastocytose systémique. La mastocytose systémique (MS) peut être classée en trois catégories : la MS indolente, la MS de type « smouldering » et la MS agressive. Les patients atteints de MS indolente ou de MS de type « smouldering » ont une espérance de vie (presque) normale, tandis que les patients atteints de MS agressive ont une survie globale médiane d’environ 4 ans.

Il existe un fort besoin non satisfait dans la mastocytose systémique indolente (MSI) et la mastocytose systémique de type « smouldering » (MSS) pour de nouvelles options thérapeutiques ayant une activité démontrée sur les symptômes graves et un profil de tolérance adéquat pour un traitement à vie. Le masitinib est le principal programme dans la MSI avec une approche viable pour atteindre cet objectif.

Positionnement du masitinib dans la Mastocytose Systémique Indolente

Le masitinib est développé dans la MSI et la MSS, qui sont les formes les plus répandues de mastocytose, représentant environ 60% des patients.

Les propriétés anti-mastocytes du masitinib semblent particulièrement bien adaptées au traitement de la mastocytose systémique indolente. Une réduction de l’activité des mastocytes est générée par son action inhibitrice sur les tyrosines kinases sauvages de type c-Kit, Lyn et Fyn.

En reconnaissance du besoin critique de nouveaux traitements, le masitinib a reçu la désignation de médicament orphelin pour la mastocytose à la fois de l’Agence Européenne de Médecine (EMA) et de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis.

Nombre de patients ciblés par le masitinib dans la Mastocytose Systémique Indolente

Le nombre de patients ciblés par le masitinib s’élève à 65 000 en Europe et aux États-Unis.

Résultats positifs de phase 2 du masitinib dans la Mastocytose

AB Science a rapporté des résultats positifs de deux études de preuve de concept de phase 2A avec le masitinib dans la mastocytose. Ces deux études de phase 2a ont recruté un total de 46 patients dans deux sous-populations de patients souffrant de mastocytose indolente avec handicap : une étude chez des patients qui n’étaient pas porteurs de la mutation D816V sur le gène c-Kit et une autre chez des patients qui étaient porteurs de cette mutation.

Dans l’étude menée auprès de patients porteurs de la mutation D816V, la variation observée en semaine 12 en ce qui concerne le nombre de bouffées de chaleur par jour, la dépression (score de Hamilton) et le prurit par rapport à la valeur observée à l’inclusion était respectivement de 55 %, 49 % et 45 %.

Dans l’étude menée auprès de patients non porteurs de la mutation D816V, la variation observée en semaine 12 en ce qui concerne le nombre de bouffées de chaleur par jour, la dépression (score de Hamilton) et le prurit par rapport à la valeur observée à l’inclusion était de 64 %, 43 % et 36 % respectivement.

Les résultats de cette étude ont été publiés dans l’American Journal of Hematology.

Résultats positifs de phase 3 du masitinib dans la Mastocytose Systémique Indolente

Dans cette étude de phase 3, les résultats ont montré que le masitinib était supérieur au comparateur, comme le montre le taux de réponse cumulé de 75% jusqu’à la semaine 24 sur les handicaps de prurit sévère ou de bouffées de chaleur importantes ou de dépression sévère ou de fatigue importante (réponse de 4H75%).

La réponse 4H75% était de 18,7% pour le groupe traité par le masitinib contre 7,4% pour le groupe traité par le placebo (analyse primaire). Le masitinib a également démontré une activité significative sur les marqueurs objectifs de l’activation et de la charge des mastocytes (c’est-à-dire le niveau de tryptase, la surface corporelle avec urticaire pigmentaire et la présence du signe de Darier).

Les résultats de cette première étude de phase 3 ont été publiés dans The Lancet.

Étude confirmatoire de phase 3 avec le masitinib dans la Mastocytose Systémique Indolente

Suite à cette première étude de phase 3, AB Science a lancé une étude confirmatoire de phase 3, dont le design a été optimisé sur la base des résultats de la première étude de phase 3. L’optimisation du design inclut un ajustement de la dose et une période de rodage pour s’assurer que les patients suivent un traitement symptomatique optimal au moment de l’examen.